Pensée du jour

du 22/01/2021

par notre frère et ami pasteur Paul ballière


UN HYMNE A L’OBÉISSANCE : LE JOUR DE L’AN DE MOÏSE

 

« L’Éternel parla à Moïse, et dit : Le premier jour du premier mois, tu dresseras le tabernacle… Moïse fit tout ce que l’Éternel lui avait ordonné ; il fit ainsi. Le premier jour du premier mois de la seconde année, le tabernacle fut dressé. » Exode 40.1, 16, 17

 

    La voici dressée, « la tente de la rencontre », reflet de la générosité, du dévouement et de l’obéissance sans faille des enfants d’Israël à leur Dieu. Ils « firent tous ces ouvrages, en se conformant à tous les ordres que l’Éternel avait donnés à Moïse. Moïse examina tout le travail ; et voici, ils l’avaient fait comme l’Éternel l’avait ordonné. »

 

Les enfants d’Israël firent tous ces ouvrages, en se conformant à tous les ordres que l’Eternel avait donnés à Moïse. Moïse examina tout le travail ; et voici, ils l’avaient fait comme l’Eternel l’avait ordonné, ils l’avaient fait ainsi. Et Moïse les bénit. Ex 39:42-43

 

Désormais Jéhovah demeurera parmi son peuple. Étrange sollicitude de la part de Celui que les cieux et les cieux des cieux ne peuvent contenir !

 

L’Éternel avait donné de minutieuses prescriptions pour la construction du tabernacle. Depuis les éléments imposants – l’autel des holocaustes, la cuve d’airain, les planches, les bases d’argent et d’airain – jusqu’aux plus infimes – les crochets, les agrafes – tout était déterminé par la sagesse divine. « Vois et fais selon le modèle qui t’a été montré sur la montagne Exode 25.40», avait dit l’Éternel à Moïse. Cet ordre ne laissait aucune latitude aux initiatives humaines.

 

 J’imagine un groupe de cinq Israélites qui s’approche de Moïse. M. Raisonnement parle le premier et trouve que tel objet est trop grand, l’autre trop petit, le troisième trop lourd, l’ensemble trop coûteux. Mme Ressource Humaine lui emboîte le pas et propose quelques inspirations de son cru. Viennent alors Mlle Imagination, et son ami Point de Vue, supposant l’une, que Dieu avait donné seulement une esquisse du travail à accomplir, et l’autre, que Dieu avait laissé une grande marge pour les idées personnelles. Enfin, intervient M. Inventeur, qui revendique le droit de faire comme il l’entend.

Ce petit groupe aurait été renvoyé illico presto dans ses tentes !

 

Dans ce chapitre quarante de l’Exode, nous rencontrons sept fois l’expression : « comme l’Éternel l’avait ordonné à Moïse » ; mention à peine voilée d’une perfection dans l’obéissance. A maintes reprises, les Israélites n’ont pas été des exemples à suivre, loin s’en faut. Mais ici, dans leur obéissance pour l’ouvrage du tabernacle, nous devons les imiter. Sans cette obéissance, le Saint-Esprit n’aurait pas pu écrire la fin du chapitre : « Alors la nuée couvrit la tente d’assignation, et la gloire de l’Éternel remplit le tabernacle. Moïse ne pouvait pas entrer dans la tente d’assignation, parce que la nuée restait dessus, et que la gloire de l’Éternel remplissait le tabernacle. » (Exode 40.34-35) Ce qui est fait entièrement selon le modèle divin peut être rempli de la gloire de l’Éternel.

 

    C’est ce qui explique la misère spirituelle de l’Église professante qui discute, conteste, en prend, en laisse, et jongle avec les Écritures. Trop de chrétiens ressemblent aux enfants d’autrefois, jouant à la marelle. Ils pensent aller de « la Terre » au « ciel », en sautant d’un seul pied sur bon nombre de versets.

 

    Mes amis, il faut aller des deux pieds dans le chemin de l’obéissance à Dieu. « Toute l’Écriture est inspirée de Dieu », et doit être considérée comme telle.

2Ti 3:16 Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice,

 

Paul Ballière

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Evangelique de Riorges