Edito

Une seule chose est nécessaire. Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée.Lu 10:42

Marthe était occupée à divers travaux domestiques et en cela elle faisait ce qui est bien. La position du serviteur est celle de chaque chrétien. « Je suis un serviteur » est le mot d’ordre de tout ce qui ont part à la famille royale de Dieu. Ce n’était pas une erreur que d’avoir beaucoup servi. On ne peut jamais trop en faire. Faisons tout ce que nous pouvons faire, mettons notre cœur et nos mains au service du Maître. Ce n’était pas une erreur, non plu, que de préparer un festin pour son Seigneur.

Heureuse Marthe, d’avoir cet honneur suprême de s’occuper d’un invité aussi si béni sous son toit. Son erreur fut d’oublier qu’elle avait besoin elle aussi d’être servi par le Souverain Serviteur. L’expression grecque « occupée » suggère que Marthe, tout agitée, accomplissait plusieurs tâches à la fois. Elle faisait tout un monde de détails inutilement compliqués. Les affaires du monde peuvent nous « piéger », si elles si elles nuisent au bien de notre âme mais un service divin qui n’est pas arrosé par un temps au pieds du Sauveur est tout autant dangereux. La chaleur du Seigneur est nécessaire à notre bonheur et  le salut de Christ est nécessaire à notre « sécurité » spirituelle. Quand cela est bien compris, toutes les autres tâches seront accomplies convenablement !

Le Seigneur devra centrer l’attention sur la Parole de Dieu et sur la prière comme étant deux grandes sources de bénédictions. Marie sera mis en exemple par Jésus qui ne s’intéressait pas au nombre de plats qui devaient être servis. La seule chose qui était nécessaire pour Lui était une attitude d’adoration et de méditation, à l’écoute des paroles de ses paroles, avec un esprit et un cœur ouvert. Nous devrions être Marthe et Marie alternativement, beaucoup servir mais aussi beaucoup recevoir. Pour Marie, il est plus juste de rester disponible pour écouter son message en priorité.

Ne négligions pas de nous asseoir aux pieds de notre Sauveur. Caché derrière le prétexte trompeur de le servir nous perdrions l’occasion d’être béni de toutes bénédictions spirituelles. Ce qui prime pour la santé de notre âme, l’efficacité de notre service et l’éclat intact de sa gloire que nous devons lui rendre c’est de  garder une communion permanente avec le Seigneur Jésus. Le Seigneur recherche davantage notre amour que notre service. Celui-ci peut en effet être teinté d’orgueil et d’autosatisfaction. La seule chose vraiment nécessaire, c’est de mettre la personne de Jésus au centre de nos préoccupations ; telle est la bonne part qui ne sera jamais ôtée. Même si le Maître apprécie tout ce que nous faisons pour Lui, Il sait que notre besoin prioritaire est de nous asseoir à Ses pieds et d’apprendre Sa volonté. Alors, nous serons en mesure d’accomplir nos tâches calmement, paisiblement et aimablement. Et finalement, notre service atteindra le même degré de perfection que celui de Marie qui plus tard versa sur les pieds de Jésus un parfum qui continue d’embaumer notre inspiration .Lu 24:53                                            Michel Bona

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Evangelique de Riorges