Edito

Marie gardait toutes ces choses, et les repassait dans son cœur.Lu 2:19

 

Il y a une chose que nous ne pouvons enlever a Marie, c’est l’aptitude qu’elle avait à se renouveler dans ce qu’elle avait reçu et entendu. Pour cela elle mettait en jeu trois choses :Sa mémoire, ses sentiments et son intelligence. Ce n’est pas uniquement d’avoir été choisi pour porter le fils de Dieu dans ses entrailles qui la réjouissait d’une joie permanente, mais de connaître elle aussi par la voix des anges et des bergers informés avant tout le monde son Sauveur : Et mon esprit se réjouit en Dieu, mon Sauveur,Lu 1:47. Pour cela elle se rappelait encore et encore cette expérience entretenant ainsi la flamme de son espérance. L’expression « repassait dans son cœur », littéralement doit être traduit: « y réfléchissait dans son cœur » ou autre traduction possible: « en cherchait le sens »

 

Nous aussi par la voix du Saint Esprit qui nous a dévoiler le mystère caché de tout temps mais révélé maintenant à ses saints, chacun de nous, nous nous rappelons ce que nous avons reçu   et entendu du Seigneur Jésus Lui-même.  C’est cela que nous devons repasser constamment  dans nos cœurs. Alors que nous arrivons sur la ligne d’arrivée de cette année 2019, laissons notre âme devenir comme un trésor précieux amasser tous ce que nous avons vécu et ressenti de la part du Seigneur Jésus et de quel pain céleste il nous a nourri. L’avenir, et même le moment présent, peut-être pour nous aussi une source d’incertitude, d’inquiétudes et d’angoisses. Le diable en profitera pour souffler des pensées de doute quant à la bonté de Dieu ou à notre capacité de recevoir les bénédictions promises. Nous  risquons alors de patauger alors dans nos efforts bien vain pour conserver par nos propres forces une espérance bien chancelante.

 Mais le secours est à notre portée ! Quels encouragements nous recevons quand nous repassons les promesses de Dieu et les grandes choses qu’il a faites pour nous : le don de son Fils, son travail en nous pour nous amener à la conversion, les joies que nous avons pu, depuis, goûter dans le Seigneur, les bénédictions dont il nous a entourés. De nos cœurs montent alors des actions de grâce qui ont pour effet de dissiper nos craintes. Les problèmes restent présents, mais nous les regardons d’une manière différente avec la confiance d’un enfant qui se sait aimé de son père.

Nous n’oublierons pas non plus que notre salut tiens dans cette prière de David :Ne te souviens pas des fautes de ma jeunesse ni de mes transgressions ; Souviens-toi de moi selon ta miséricorde, A cause de ta bonté, ô Eternel ! Ps 25:7. Aucune inquiétude que Dieu oublie quoi que ce soit et il sera préférable pour nous que notre Dieu face appel a sa mémoire en se rappelant de son alliance: «  a cause de ta bonté » plutôt que de nos iniquités qui n’auront pas été effacés de sa mémoire vive. Pour cela Paul nous rappelle ce qu’il est bon de faire : Souviens-toi de Jésus-Christ, issu de la postérité de David, ressuscité des morts, selon mon Evangile,2Ti 2:8     

Bona Michel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Evangelique de Riorges