Edito

Jésus leur dit : Venez, mangez. Et aucun des disciples n’osait lui demander : Qui es-tu ? sachant que c’était le Seigneur.Jn 21:12

 

Quelle douce invitation que nous propose le Seigneur.

C’est avec beaucoup de bienveillance qu’avant toutes choses qui nous poussent à courir dans cette nouvelle année, qu’il nous attire à sa table. Seule avec Jésus, nous nourrissons notre âme à son contact. Nous pouvons comme le fit Jean nous épancher en toute sécurité sur Lui et goûter à la chaleur de sa sainte amitié. La nourriture qu’il nous propose c’est lui-même. Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.Jn 6:55.

De même que manger et boire sont indispensables à la vie physique, de même la foi se nourrit de sa mort sur la croix, indispensable pour recevoir la vie éternelle. Tous les bienfaits appelés « la chair et le sang de Christ », viennent du fils de l’homme, Rédempteur, revêtu de la nature humaine parce qu’ils sont acquis par Son corps rompu, et Son sang répandu. Les nutriments qui en découlent et qui nourrissent notre âme sont le pardon des péchés, notre adoption , le chemin pour la vie éternelle, la Grâce et les promesses de la nouvelle alliance. Par contraste avec la nourriture et les breuvages qu’offre le monde dont la valeur demeure temporaire et insalubre, la valeur de la mort du Seigneur Jésus est éternelle et salutaire.

Ayant auparavant nourri miraculeusement le peuple avec cinq pains et deux poissons, et voyant que ce peuple le suivait avec empressement, Jésus prendra l’occasion de les exhorter à rechercher la nourriture spirituelle, qui fait vivre éternellement, plutôt que la nourriture du corps.

Etant lui-même cette nourriture et le vrai pain du ciel, ceux qui mangeraient de ce pain auraient la vie éternelle et cela pour la vie du monde. En répondant à cette invitation, et donc en nous approchant de lui, le Maître Jésus nous communiquera aussi des conseils nécessaire à notre foi : Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste pour la vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, que Dieu a marqué de son sceau. Jn 6:27 .En prenant Christ en charge  notre nourriture spirituelle, il attend de nous que nous travaillons aussi pour Lui. Si Paul le dit pour la nourriture terrestre : Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.2th 3:10. Cela peut aussi s’appliquer pour la nourriture spirituelle. Ainsi cette instruction que nous donne le Seigneur, c’est que nous devons travailler avec beaucoup plus d’empressement à nous procurer la nourriture qui fait vivre éternellement, que celle qui ne sert qu’à entretenir cette vie temporelle et périssable. Il nous apprend qu’il est lui-même ce pain céleste et que cette nourriture se trouve  dans son enseignement et sa volonté.

Alors que  notre société prend conscience de plus en plus de l’importance de la qualité de ce que nous mangeons, prônant la sélection des aliments naturelles, de manger sain et équilibré;  nous devons nous chrétiens faire attention à la qualité de notre nourriture spirituelle, a celle que nous donnons à nos enfants en veillant sur sa traçabilité et son authenticité .

 

Michel Bona

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Evangelique de Riorges