Edito

Et nous, ton peuple, le troupeau de ton pâturage, Nous te célébrerons éternellement ; De génération en génération nous publierons tes louanges. Ps 79:13

 

Il est facile de voir que ceci est un psaume prophétique. Il vient jusqu’à nous puisque nous sommes la dernière génération avant la prochaine et que nous célébrons encore et encore sans se lasser ses louanges. Le monde ne connaît pas cette relation particulière que son peuple a avec son Dieu. Il est sous le verdict d’une sentence de mort qui est en passe d’être exécutée. En tant que troupeau de son pâturage nous jouissons de la garde d’un berger conscencieux. Esaïe affirme : Comme un berger, il paîtra son troupeau, Il prendra les agneaux dans ses bras, Et les portera dans son sein ; Il conduira les brebis qui allaitent. Esa 40:11.Christ est notre bon Berger ; Il manifeste un tendre soin à l’encontre des jeunes convertis, des croyants « chétifs », et de ceux qui sont dans l’abattement. Il est prêt à chercher la brebis égarée ; Il fait entendre sa voix pour être reconnue.il marche devant son troupeau car Lui connait le chemin. L’Eglise, son peuple, a trois devoirs à remplir pour garder cette relation privilégiée : s’humilier devant le Seigneur avec respect, mettre une confiance permanente en sa grâce et ne point cesser de célébrer la gloire de son nom. Cela nous démontre à quel point notre prière doit être fervente et à quel point l’on a besoin de s’approcher de Jésus. Quel jour glorieux l’église attend lorsqu’elle contemplera l’adversaire désarmé à jamais sous les pieds de notre héros. Elle pourra alors adresser des louanges éternelles à son Grand Berger, à son Roi, à son Dieu sans craindre des persécutions. Alors encore aujourd’hui dans ses temps troublés, la voix de notre berger redit à son église sur la terre : Ne crains point, petit troupeau ; car votre Père a trouvé bon de vous donner le royaume. Lu 12:32. Christ rassure par le fait que le Père accorde à son petit troupeau de tendres soins comme un antidote à l’angoisse et à l’inquiétude. L’église en comparaison du monde est un petit troupeau de brebis sans défense, envoyée sur un terrain hostile. Il est vrai qu’en apparence, nous sommes désarmés et sans moyens. Pourtant Christ, nous affirme que nous sommes les héritiers du royaume de Dieu. Un jour, nous régnerons avec lui sur toute la terre. Dans cette perspective, Le troupeau n’est en sécurité que parce que le Berger veille sur lui. Une poursuite effrainé des ressources de ce monde, ne peut que nuire aux disciples de Christ. Aucune crainte ne doit prédominer dans notre cœur, si nous sommes effrayés par les mauvaises perspectives à venir, et que nous nous appuyons sur de vaines solutions pour éviter le pire. Le Souverain berger nous encouragea toujours à garder notre sérénité car si le Père tient en réserve de si grands honneurs pour nous, nous n’avons pas à nous inquiéter de ce qui jalonnera notre chemin jusqu’à son terme en toute sécurité.

Michel Bona

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Eglise Evangelique de Riorges